Soutenons le libre, la diffusion libre et les indépendants ! (10.17)

Le mois dernier, j’ai décidé de soutenir la culture et l’éducation libres, de libre diffusion, et les artistes indépendants avec un budget de 10€ par mois au maximum.

Ce soutien peut prendre plusieurs formes :

  • un don ponctuel ;
  • un don récurrent (quelques centimes ou euros chaque mois) ;
  • achat d’une œuvre d’artiste indépendant ;
  • publicité pour l’artiste/ l’organisation concerné(e) si seul du gratuit est disponible.

Voici ma liste de soutiens d’octobre !

Manon Bril – C’est une autre histoire

Sur sa chaîne Youtube, Manon Bril prend le parti d’explorer l’Histoire avec un regard différent, drôle, décalé, intelligent. Si vous rêvez de combler vos lacunes en mythologie ou si vous êtes curieux, je ne peux que vous conseiller de la découvrir. Actrice de l’éducation et de la culture à sa manière, Manon méritait bien un peu de soutien. Vous pouvez faire de même en visitant sa page Tipeee.

Bruce Benamran – e-penser

Connaissez-vous Bruce Benamran ? Ce vulgarisateur scientifique de haut niveau met tout en œuvre dans ses vidéos pour vous faire découvrir la science et éveiller votre curiosité. Chaque vidéo est l’occasion d’apprendre. Vous pouvez soutenir Bruce sur Tipeee si vous le désirez, ou acheter son jeu !

David Revoy – Pepper and Carrot

David Revoy est un auteur de bandes dessinées dont la particularité est double. D’une part, il publie sa BD « Pepper and Carrot« , qui raconte l’histoire d’une apprentie sorcière et de son chat, sous licence CC-BY, c’est à dire qu’il est possible à tout un chacun de modifier ou d’utiliser l’œuvre à la seule condition de mentionner l’auteur du travail original. D’autre part, David Revoy n’utilise, pour créer sa BD, que des logiciels libres, et donne accès à ses planches et à des images de haute qualité. En résumé, voilà un auteur qui s’inscrit dans une démarche d’ouverture totale.

Depuis un an, « Pepper and Carrot » peut également acheté en version papier chez Glénat, ce qui a suscité bon nombre de réactions à l’époque. Et pour cause : respectant tout à fait la licence CC-BY, l’éditeur de bandes dessinées ne reverse aucune rémunération à l’auteur. Une situation difficile à avaler pour certains, mais pas pour le principal intéressé, satisfait d’avoir été impliqué dans l’élaboration du produit papier, et soutenu d’une autre manière par Glénat. Un résumé finement détaillé des évènements et des principales réactions de l’époque est consultable ici.

En un sens, David Revoy a ainsi contribué à faire connaître les Creative Commons, par l’intermédiaire de ce que certains ont appelé « l’affaire Pepper and Carrot ». Je compte bien vous parler encore des licences libres sur ce blog. En attendant, je vous invite, comme moi, à soutenir David Revoy, qui est (entre autres) inscrit sur Liberapay, ce qui permet de donner sans devoir rétribuer la plateforme.

Rendez-vous le mois prochain pour d’autres auteurs, vidéastes, illustrateurs libres, de diffusion libre, ou indépendants ! N’hésitez pas à me faire des suggestions. Et n’oubliez pas : il n’appartient qu’à nous de décider de la manière avec laquelle nous envisageons de financer les artistes qui nous plaisent. #Liberaptor

 

Photo : adaptée de David Revoy « Only Komona »

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *